Éthiopie : art et médias

Beauté artistique dans le développement de la société

Une nation qui se développe à travers l'art

Ayaana Media & Publishing est une entreprise sociale éthiopienne qui fait la promotion de la littérature et des arts dans la région de la Corne de l'Afrique. Depuis dix ans, nous sommes actifs dans les domaines de l'édition, de la production de films, de la photographie, du design et de la traduction, et nos publications sont disponibles en ligne et en format papier dans plusieurs langues locales et en anglais. Nous travaillons en partenariat avec différentes communautés pour raconter des histoires qui valorisent la culture, éduquent et inspirent.

Nous croyons que l'expression créative n'est pas réservée aux pays industrialisés et que la production et le plaisir de l'art contribuent au développement social et de la communauté, ainsi qu’à la paix entre les individus. Dans un pays en développement comme l'Éthiopie, ce changement dans la façon de voir les choses est nécessaire pour promouvoir la dignité et la capacité d'action des individus. C'est dans ce but qu'Ayaana Media & Publishing se concentre sur la valorisation et la promotion de l’art dans les communautés défavorisées.

De l'alphabétisation à la narration d'histoires

Ayaana a été fondée en 2012 comme un moyen de s’attaquer au cycle de l'analphabétisme dans la Corne de l'Afrique. Au cours des premières années, nous avons rédigé, conçu et publié un magazine littéraire contenant de la poésie contemporaine en langue locale, de la fiction, des traditions orales et des textes éducatifs généraux. En l'espace de cinq ans, nous avons imprimé 120 000 magazines, dont beaucoup sont encore en circulation aujourd'hui. Au cœur de ce projet se trouvait la promotion de la lecture et de l'écriture en vue de stimuler la pensée critique et le dialogue dans les langues locales.

Par la suite, nous avons organisé des événements focalisés sur la poésie dans la région somalienne d'Éthiopie, en utilisant nos compétences en matière de médias et de communication pour transmettre des messages en vue de promouvoir le développement. Lors de notre premier événement dans cette « nation de poètes », comme on l'appelle souvent, de jeunes femmes somaliennes ont présenté des œuvres originales traitant de thèmes tels que la maternité, la beauté intérieure et l'amour. Bien que les femmes n'aient généralement pas l'occasion de monter sur scène et de s'exprimer ouvertement, elles sont considérées comme la colonne vertébrale de la société somalienne. Le courage dont elles font preuve en s'opposant publiquement à des questions sociales aura probablement un impact sur la prochaine génération.

En outre, pour mettre fin aux stéréotypes négatifs, par exemple que les Somaliens sont des pirates ou des combattants, nous avons publié en 2015 un magazine intitulé « Modern Nomads », qui traite de l'identité des jeunes dans le contexte de la guerre civile en Somalie. L'urbanisation a entraîné une crise d'identité pour les hommes somaliens, notamment au travers de la perte de leur fonction d'éleveurs de chameaux nomades. Notre publication soulevait la question suivante : « Que signifie être un Somalien ? » Cette publication a connu un tel succès qu'elle a conduit à la naissance d'autres projets locaux dans lesquels nous avons continué de mettre en valeur la dignité du peuple somalien et la beauté de son art littéraire.

Depuis 2015, nous avons consacré notre attention à la narration d'histoires à l'aide de vidéos et de photographies, et nous immortalisons la beauté de l'Éthiopie avec ses peuples, langues et cultures variées. Nous nous épanouissons à l'intersection du documentaire visuel, de la culture, des arts, de la littérature et de la narration.

L’unité au travers de l’art

Par le biais des arts et des médias, Ayaana souhaite promouvoir le dialogue, le respect, la compréhension et l'amour entre les diverses communautés et groupes ethniques d'Éthiopie. Face aux conflits actuels et aux politiques identitaires prédominantes, nous croyons qu’une production culturelle et artistique réfléchie et sensible peut contribuer à une plus grande unité afin de lutter contre la fragmentation de l'Éthiopie.

« Les Éthiopiens savent apprécier la culture de leur propre groupe ethnique, mais ne s'intéressent pas à celle des autres. Nous devons commencer à reconnaître la beauté et la dignité des cultures étrangères au sein de notre propre pays. C'est ainsi que nous pourrons surmonter le tribalisme - par une appréciation transculturelle ».

Alembirhan Fite

Certains des plus grands défis contemporains en Éthiopie sont liés à des pratiques culturelles et à des traditions, mais nous pensons que c'est aussi là que se trouvent certaines des meilleures solutions. Nous voyons Ayaana Media & Publishing comme un moyen permettant de s'attaquer aux pratiques négatives ancrées dans les traditions, tout en promouvant les aspects positifs de cette même culture.

La culture somalienne

Pratiques négatives : mariage d'enfants, mutilation génitale des femmes, polygamie.

Pratiques positives : coopération, égalitarisme, soutien fort de la part de la communauté et échanges culturels.

Il y a beaucoup de patrimoine culturel esthétique sous-estimé dont nous pouvons tirer des leçons pour bâtir l'Éthiopie. Ayaana cherche à saisir et à promouvoir les pratiques culturelles, l'art, les valeurs et les histoires autochtones, afin d’encourager un dialogue critique à leurs sujets et à les partager avec la communauté internationale. Nous voulons voir des groupes marginalisés s'auto-représenter à travers les médias afin qu'ils puissent trouver leur espace dans ce monde et s'exprimer.

Dans tout ce que nous faisons, nous essayons d'éviter d'œuvrer à la préservation et à la promotion de la culture en ayant pour seul but la préservation du patrimoine, même si ce dernier est important. Au contraire, nous nous demandons continuellement ce que chaque expression culturelle signifie pour la société contemporaine, et comment l'activité artistique développe-t-elle la nation ?

Johny Mumenthaler

Membre du conseil d'administration et actuaire

« Dès mon jeune âge, parce que j'ai le privilège de me trouver du côté ensoleillé de la vie, par gratitude, je me suis engagé financièrement pour les populations défavorisées de ce monde. »